Lecture analytique de « Vénus Anadyomène », Rimbaud, Les Cahiers de Douai, 1870

Vénus Anadyomène

Arthur Rimbaud (1854-1891) compose à seize ans les vers du poème « Vénus Anadyomène ».

Génie précoce, virtuose poétique, Rimbaud, dont la production littéraire ne dure qu’environ trois ans (Une Saison en Enfer, Illuminations), incarne plus qu’un autre la révolte contre son temps.

Révolte contre la guerre Le Dormeur du Val »), contre le pouvoir et les bourgeois (« Rages de César », « A la musique ») et contre le clergé (« Le châtiment de Tartufe »), Rimbaud est aussi le poète d’une autre révolution, une révolution esthétique.

Dans le poème « Vénus Anadyomène » Rimbaud peint le portrait lubrique d’une prostituée sortant du bain. Réécriture du mythe d’Aphrodite –puisqu’il s’agit d’une Vénus « hideuse » : (« belle hideusement »v14) – on peut, en effet, se demander en quoi ce poème est représentatif de la modernité poétique.

Autres problématiques envisageables

  • En quoi ce poème, choquant par son sujet, réussit-il à inverser les codes esthétiques en faisant de la laideur le sujet d’un poème d’une extrême beauté ?
  • Comment Rimbaud bouscule-t-il les codes traditionnels en faisant de la laideur le centre de son poème ?
  • En quoi Rimbaud pratique-t-il un renouveau poétique au travers de l’évocation d’un sujet d’une extrême laideur ?
  • Comment s’exprime la révolte de Rimbaud dans ce poème ?
  • On peut se demander aussi en quoi l’écriture sensorielle ou sensuelle de Rimbaud construit le portrait scandaleux et choquant d’une allégorie inversée de la beauté et de l’amour ?

I. Écriture et sensations
A. La perception

Le poème « Vénus Anadyomène » est un poème très visuel. On note un champ lexical de la couleur très important (« vert », « blanc », « bruns », « gris », « rouge »).

Les verbes du poème sont également très évocateurs : « on remarque », « il faut voir », « paraît ». C’est donc bien une invitation à observer, très méticuleusement, l’objet du poème.

Si le poème est très visuel, il n’en fait pas moins appel à d’autres sens. La synesthésie « le tout sent un goût » au vers 9 montre combien l’appréhension du corps passe par tous les sens.

L’évocation de la matière, du toucher, est également présente et évoque un corps répugnant « pommadés », « gras », « graisse ».

Enfin, la perception passe également par l’évocation très présente du mouvement et des formes dans les deux premiers quatrains : « lente », « larges », « saillent », « rentre », « ressort », « rondeurs » qui participent également d’une vision assez effrayante du corps évoqué.

B. La dissection du corps

Le sujet du poème est en effet celui de l’évocation d’un corps sortant d’une baignoire. C’est un sujet prosaïque et le champ lexical associé est celui du corps. On remarque que le mouvement de la description va de haut en bas. Le vers 1 évoque la « tête » et la chute du poème, de façon choquante, « l’anus ».

Si l’évocation des parties du corps ne permet pas de dire s’il s’agit d’un homme ou d’une femme : « tête », « cheveux », « col », « omoplates », « dos », « reins », « peau », « échine », « croupe », on note cependant une connotation animale très présente et qui participe de la monstruosité du corps décrit. En effet, « l’échine » et « la croupe » sont des termes qui s’emploient plus couramment pour évoquer un cheval.

II. Écriture et scandale
A. L’omniprésence de la laideur

L’emploi des adjectifs pour évoquer le corps est toujours dépréciatif : « le col gras » (vers 5), « les larges omoplates » (vers 5), « le dos court » (vers 6), « un goût horrible » (vers 9-10).

Le corps féminin est méthodiquement décrit dans les moindres détails. Ainsi, à la fin des deux quatrains et du premier tercet, on peut noter une série de détails et de termes techniques qui permettent à la fois une description très précise mais également particulièrement minutieuse.

En effet, à l’évocation de la tête de la femme, au vers 1, sont associés les termes de « déficits » (= ce qui manque) et « ravaudés » (=recousu, réparé). Ainsi, l’image de la décrépitude est très forte ici. Il en va de même pour le dernier vers du second quatrain, puisque l’image associée est celle d’une « peau d’orange », flasque et abîmée : « la graisse sous la peau paraît en feuilles plates ». Enfin, au dernier vers du premier quatrain, c’est encore l’évocation de l’enveloppe charnelle vieillie et de ses nombreux défauts : « singularités ».

B. L’évocation moribonde et animale

La comparaison au vers 1 donne le ton : le corps évoqué sort de la baignoire « comme d’un cercueil ». Cette Vénus est donc bien suggérée sous le signe de la décrépitude, du pourrissement.

Les couleurs sont associées à des éléments du corps ou de la baignoire pour en faire ressortir l’aspect sale, hideux et vieilli.

Au vers 1, le « fer blanc » peut à la fois être compris comme faisant référence à une baignoire bon marché (le matériau) ou comme faisant référence à l’usure du temps : le vert de gris, vermoulu, etc.

La beauté de Vénus est souvent associée à la blondeur, ce n’est donc pas un hasard si les cheveux, évoqués au vers 2, sont bruns. Cela renvoie à la saleté. Il en va de même pour le « gris » au vers 5 qui renvoie à nouveau à la crasse. Le « rouge » enfin, au vers 9, loin d’évoquer les passions, semble une évocation obscène du corps nu.

De plus, le corps qui émerge de la baignoire évoque un animal mythologique monstrueux, dans son aspect comme dans les mouvements que son corps imprime : « saillent », « rentre », « ressort » au vers 6. On note, de plus, la polysémie du terme « bête » au vers 3 qui souligne cette idée.

III. Écriture et modernité
A. La parodie de la beauté

Le génie de ce poème réside en partie dans l’évocation talentueuse d’un sujet d’une extrême laideur. Ainsi on note un détournement manifeste de la Vénus peinte par Botticelli.

Les couleurs évoquées au vers 1 pour décrire la baignoire sont celles utilisées par Botticelli pour peindre la conque dans laquelle Vénus, émergeant des eaux, est représentée (La Naissance de Vénus). Le titre du poème est également évocateur : « anadyomène », qui signifie en grec ancien « surgit des eaux », est utilisé dans de très nombreuses toiles pour représenter, depuis l’Antiquité, l’idéal de beauté (Apelle de Cos ou Titien).

Rimbaud refuse ainsi la beauté de la Vénus de l’antiquité, topos récurrent des poètes parnassiens. Il oppose à la beauté parfaite de Vénus, la grossièreté et la vulgarité d’un corps hideux. On peut souligner à cet effet que la pointe du poème évoque une partie du corps qui va à l’opposé de l’évocation de la beauté, « l’anus » ; et pourtant, force est de constater que ce mot rime avec Vénus.

B. La liberté de l’écriture poétique

L’allégorie de la beauté est ici incarnée par une prostituée : tatouée du nom de « Clara Vénus » (vers 12), on peut supposer que le poète se joue des codes pour donner à voir une parodie de la beauté mais cela permet également par la trivialité de mettre en évidence la liberté d’écriture du poète : le sujet est prosaïque.

Pour insister sur la laideur et la monstruosité de la femme, le poète donne à ce corps une sorte d’autonomie hideuse. En témoignent les sujets des verbes : « les rondeurs semblent », « la graisse paraît », « les reins portent », ce corps remue ».

La liberté poétique de Rimbaud est ici très claire et participe également de la modernité de l’évocation. Ainsi, on note de nombreux enjambements qui permettent de rompre avec le rythme canonique du sonnet (vers 1-2, vers 5-6, vers 9-10).

Conclusion

Par une évocation très visuelle d’un sujet anecdotique et très intime (un corps sortant du bain), Arthur Rimbaud, dans le poème « Vénus Anadyomène », réinvente la poésie et donne à entendre sa singularité. La liberté de son écriture – sa modernité – préfigure les recueils Illuminations et Une Saison en Enfer, écrits en 1873, œuvres centrales du renouveau poétique.

On observe dans le poème « Vénus Anadyomène » d’Arthur Rimbaud, une transformation de la laideur en beauté. Au-delà de la provocation évidente, Rimbaud fait en effet ici de la laideur une œuvre d’art. En se fondant sur une poésie qui rompt avec la tradition, le poète cherche certainement à renouveler la poésie et fait véritablement acte de modernité comme Baudelaire avec le poème « Une Charogne » extrait Des Fleurs du Mal.

Posté dans Lectures analytiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *